Les fentes labiales et palatines sont les malformations congénitales les plus fréquentes de la sphère oro-faciale. La fente labiale avec ou sans atteinte palatine est la forme la plus courante (2/3 des cas) et affecte davantage les garçons. La fente palatine, qui n’implique que le palais, est toutefois plus souvent présente chez les filles.

Chez les caucasiens, on remarque une incidence de 1 à 1,5 cas pour 1000 naissances. Ces anomalies surviennent par contre davantage chez certaines populations : 1,7 cas pour 1000 naissances chez les asiatiques et 3,6 cas pour 1000 naissances chez les amérindiens.

Brièvement, les fentes peuvent se classifier de la façon suivante :

  • Fente labiale : Seule la lèvre supérieure est atteinte. Cette fente peut être unilatérale ou bilatérale, partielle ou complète.
  • Fente palatine : Le palais osseux et le palais mou sont atteints. Cette fente peut parfois être incomplète. Certaines formes ne touchent que le tissu osseux ou que les tissus mous.
  • Fente labio-alvéolaire : La lèvre supérieure est atteinte ainsi que la région osseuse qui supporte les dents (région alvéolaire antérieure). Cette fente peut se retrouver d’un seul côté ou de façon bilatérale.
  • Fente labio-maxillo-palatine : La lèvre supérieure, l’os alvéolaire et le palais sont atteints. Cette fente peut être unilatérale ou bilatérale.

Étiologie

La fente, quel que soit son site, résulte d’un défaut d’accolement des bourgeons embryonnaires de la face. La cause exacte de ce phénomène demeure toutefois indéterminée. Certains gènes ont été mis en évidence et associés à plusieurs types de fentes. Des facteurs environnementaux semblent également jouer un rôle important chez ces patients tels que la consommation de certains médicaments, le tabagisme et l’alcoolisme maternel.

Traitement

Les enfants atteints d’une fente labiale ou palatine ont besoin d’un suivi dentaire adéquat tout au long de leur développement car ils présentent souvent des anomalies dentaires. Différents spécialistes en médecine dentaire voient à ce que les soins et traitements appropriés soient apportés aux dents, aux gencives et aux mâchoires de l’enfant.

Le chirurgien maxillo-facial intervient à plusieurs moments durant la croissance d’un patient atteint d’une fente. La fermeture primaire néo-natale de la fente, la réalisation d’une greffe osseuse vers l’âge de 5 à 7 ans, la reconstruction labio-narinaire (chéilorhinoplastie secondaire) et la fermeture d’une fistule vestibulo-nasale sont des exemples d’interventions chirurgicales requises pour ces patients.

En raison d’un hypo-développement du maxillaire supérieur, une correction chirurgicale des bases osseuses est souvent nécessaire en fin de croissance chez ces patients afin de rétablir une fonction masticatoire normale en plus d’améliorer grandement l’apparence faciale. À la toute fin du traitement, une fois l’orthodontie terminée, le chirurgien maxillo-facial réalisera la mise en place d’implant(s) pour remplacer la(les) dent(s) absente(s) congénitalement et ainsi, compléter la prise en charge du patient.