Chez la majorité des gens, on retrouve quatre troisièmes molaires plus souvent appelées « dents de sagesse ». Situées tout au fond de la cavité buccale, de chaque côté de la mâchoire du haut et du bas, il peut arriver qu’une ou plusieurs de ces dents soient absentes. Elles sont les dernières à faire éruption en bouche et la plupart du temps, il leur est impossible de se mettre en bonne position sur l’arcade dentaire. En effet, leur éruption peut être bloquée par un manque d’espace ou par une mauvaise orientation de la troisième molaire. Ces dents peuvent se retrouver dans les positions suivantes :

Étant donné le manque d’espace, il arrive que les troisièmes molaires ne puissent sortir totalement et, lorsqu’elles sont partiellement visibles en bouche, on les nomme « semi-incluses ». Cette situation rend le patient vulnérable aux infections et à la carie dentaire puisqu’il lui est impossible de les nettoyer adéquatement. Les dents de sagesse peuvent aussi causer des problèmes parodontaux (maladie des gencives), des dommages et des caries aux dents adjacentes.

Lorsque les dents de sagesse sont complètement « cachées » sous la gencive et dans l’os, on dit qu’elles sont incluses. Même si elles ne sont pas visibles en bouche, il peut exister une communication entre la dent et la cavité buccale, ce qui permet aux bactéries d’accéder aux dents et de créer des infections. De plus, la dent qui demeure incluse est à risque de développer des kystes ou des tumeurs. Pour toutes ces raisons, il est préférable de procéder à l’extraction de ces dents avant qu’elles ne causent des problèmes.

Pour l’extraction des dents de sagesses, mieux vaut réaliser cette intervention chez les patients âgés entre 15 et 25 ans. Durant cette période, les racines des troisièmes molaires ne sont pas totalement formées et ainsi, elles sont moins à risque d’atteinte du nerf alvéolaire inférieur situé à proximité de ces dents dans la mandibule. De plus, la densité de l’os des mâchoires est moindre que chez l’adulte, ce qui facilite l’extraction et la récupération post-opératoire.

Afin de planifier une chirurgie pour l’extraction des dents de sagesse, une consultation pré-opératoire s’impose. Cette dernière nous permet de vérifier l’histoire médicale et de déterminer s’il est indiqué d’extraire les troisièmes molaires. Le chirurgien maxillo-facial procédera à l’examen clinique et radiologique afin de vous suggérer le meilleur traitement possible. La radiographie panoramique est l’examen de choix pour l’évaluation de vos dents de sagesse. Si des informations supplémentaires sont nécessaires afin de compléter le diagnostic, le spécialiste vous recommandera une radiographie tridimensionnelle (tomographie volumétrique à faisceau conique) qui pourra être réalisée dans notre clinique. De plus, lors de cette rencontre, le déroulement du geste chirurgical et les risques possibles de cette intervention seront discutés en détails. Vous trouverez des informations additionnelles en consultant notre document sur les conseils pré-opératoires d’extraction des dents de sagesse.

Les traitements chirurgicaux sont fréquemment source d’anxiété et de stress chez les patients. À la clinique Maxillo Québec, il nous est possible de vous administrer des médicaments afin de vous détendre et de rendre cette intervention plus agréable. Les options de sédation orale ou intra-veineuse vous seront proposées tout en expliquant les avantages et les inconvénients de ces techniques. La chirurgie peut également se dérouler sous anesthésie générale, mais elle devra être réalisée en milieu hospitalier.

Extraction chirurgicale d’une dent de sagesse